En 2017, on arrête de faire les con(necté.e)s !

offlineL’article 55 de la loi Travail est entré en vigueur au 1er janvier. Il institue un nouveau « droit à la déconnexion » pour les employés des entreprises de plus de 50 salariés.

Ainsi l’employeur doit mettre en place des « dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ». Cela peut conduire à élaborer une charte, précisant « les modalités de l’exercice du droit à la déconnexion » et à prévoir des « actions de formation et de sensibilisation à un usage raisonnable des outils numériques ».

Certains trouvent cela stupide, irréaliste, inapplicable, … D’autres soulignent qu’il peut être pratique quelquefois de travailler depuis chez soi pour mieux concilier obligations professionnelles et contraintes horaires avec de jeunes enfants.

Quoi qu’on pense de cette loi, globalement ou sur ce point précis, cette notion de « Droit à la déconnexion » constitue une avancée majeure dans les mentalités.

La possibilité d’une connexion permanente via nos outils numériques, si elle peut être sécurisante dans le cas des relations avec nos proches, constitue aussi potentiellement un « fil à la patte » permanent qui est néfaste dans le cadre de son activité professionnelle.

Des études scientifiques récentes menées aux États-Unis ont montré que :

  • Au-delà du volume important de mails à gérer au travail, la perspective de devoir répondre à des mails pros chez soi après ses heures de travail est une source de stress importante. Cet envahissement de la sphère privée et l’impossibilité de couper avec le travail une fois chez soi, génère un épuisement émotionnel. [1]
  • réduire la fréquence de consultation de ses mails (par ex. 3 fois par jour plutôt qu’en flux continu) contribue à faire baisser son niveau de stress. [2]

Alors en 2017, on prend soin de soi et des autres : on ne répond plus aux mails et textos professionnels après une certaine heure (ou avant pour les lève-tôt) !
Avant l’heure c’est pas l’heure, après l’heure, c’est plus l’heure !

————————————–

1- [L. Belkin (Lehigh Univ.), W. Becker (Virginia Tech) & S. A. Conroy (Colorado State Univ.), Exhausted But Unable to Disconnect, 2016, http://source.colostate.edu/anticipatory-stress-of-after-hours-email-exhausting-employees/]

2- [K. Kushlev & E. W. Dunn, Checking email less frequently reduces stress, Department of Psychology, Univ. of British Columbia, Vancouver 2014, http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0747563214005810]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *