Share

Association de bienfaiteurs à lucrativité limitée

Savoir en Actes est une association de bienfaiteurs à lucrativité limitée qui souhaitent :

Expérimenter

des formes nouvelles d’intervention auprès de publics variés : conférences gesticulées ou théâtralisées, animation de débats publics, ateliers de créativité citoyennes …

Questionner

les usages et les applications des sciences et technologies dans la société, afin de développer un regard citoyen critique et constructif susceptible de contribuer au débat public.

Vulgariser et diffuser

les apports de travaux de recherche, les retours d’expériences innovantes, l’annonce d’initiatives individuelles ou collectives porteuses de pistes d’avenir et de transformation sociale, dans les domaines des arts, sciences, technologies.

Fiche signalétique

  • déclarée à la Préfecture du Rhône le 10 février 2013.
  • SIRET : 792 763 864 00016
  • APE : 9499z
  • Siège social : 73 Chemin de Beaunant 69230 Saint-Genis-Laval
  • Président : Philippe Cazeneuve (Tél : 06.30.56.92.41)
  • Contact : contact@savoirenactes.info

2 avis sur « Nos désirs font désordre … »

  • 15 novembre 2014 à 15:18
    Permalien

    Bonjour Samuel,
    Merci de ton petit mot, ça fait toujours plaisir d’avoir des nouvelles des animateurs-trices et médiateurs-trices numériques.
    Je n’ai pas été invité à intervenir à Bordeaux … donc je ne suis pas venu ! Peut-être qu’il y a dans ce que je raconte aujourd’hui des choses que certains n’ont pas envie d’entendre 🙂

    Effectivement, il y a de plus en plus d’hétérogénéïté dans le milieu des professionnels des EPN. Certains continuent à rechercher dans la « médiation numérique » une posture adaptée dans l’accompagnement des publics en difficulté avec les technos nouvelles et d’autres voient davantage la « médiation numérique » un nouveau slogan marketing qui permet de se repositionner par rapport aux financeurs en y ajoutant quelques mots branchés (FabLab, espace de co-working, tiers-lieux …).

    Il y a chaque année moins de moyens pour la médiation numérique et cela ne va pas en s’arrangeant. Pour les travailleurs indépendants comme moi, c’est devenu très compliqué de « gagner sa croûte » en intervenant sur cette thématique. Je développe donc, entre autres, une activité de conférences gesticulées et d’animation de débats sur les usages et la place des technos numériques dans notre société. Le temps n’est plus trop à mon avis de faire la promo des dernières innovations, mais bien d’alerter sur la nécessité d’avoir des usages responsables du numérique.

    Passe le bonjour à Eric Lacombe de ma part, s’il c’est toujours lui le directeur de la MJC.

    Philippe Cazeneuve

    Répondre
  • 5 novembre 2014 à 15:23
    Permalien

    Bonjour Claire,

    Nous partageons les valeurs de votre projet associatif et nous serons heureux de voir ce que nous pouvons faire ensemble.
    Je vous contacte pour caler un RDV ces prochaines semaines.
    Bien cordialement
    Philippe Cazeneuve

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *